Archives audio
André DRAPPIER - Partie 3
Loading
/

Une histoire de famille depuis 1808

L’arbre généalogique de la Famille Drappier prend ses racines au XVIIe siècle, à la naissance de Rémy Drappier en 1604 qui devient, comme Nicolas Ruinart, marchand drapier à Reims.

Son petit-fils, Nicolas (1669-1724) est procureur au roi Louis XIV. Il faut attendre 1808 pour que l’un des ancêtres de la maison, François, s’installe à Urville et commence à exploiter un vignoble de quelques hectares.

A Urville, au début des années 1930, le vignoble soulève brusquement des discussions passionnées. Georges Collot, grand-père maternel de Michel Drappier, décide le premier de replanter le Pinot Noir dans le canton. Sa décision fait sourire et on le surnomme le « Père Pinot ». Ce cépage représente désormais 70% du vignoble Drappier et de l’Aube. L’histoire a donné tort aux moqueurs.

En 1952, André et Micheline Drappier créent la cuvée Carte d’Or avec son étiquette jaune reconnaissable. Une évocation de la gelée de coing, fruit jaune dont on retrouve quelques notes aromatiques dans chaque bouteille. Après le gel historique de 1957 (récolte détruite à 95%), André introduit le Pinot Meunier, plus résistant aux froids printaniers.

En 1968, Micheline a l’idée d’un Champagne Rosé. Il sera 100% Pinot Noir. Cinquante ans plus tard, le Rosé de Saignée Drappier connaît un vrai succès qui l’a conduit à l’Elysée.

Depuis 1979, Michel Drappier maîtrise les vinifications tandis qu’André, fort de ses 74 vendanges, garde un œil avisé sur le vignoble qui couvre aujourd’hui plus de mille « hommées » (62 ha) en propriété et 50 ha en contrats associés.

En 1988, de profondes caves creusées dans la craie de Reims sous Napoléon III, rejoignent la propriété familiale. Dans ces fraîches galeries, dorment les plus précieux flacons, en particulier ceux de la Grande Sendrée polis par le temps, notre plus fidèle allié. Depuis 2016, Michel et son épouse Sylvie, sont rejoints par la huitième génération de la famille Drappier. Charline, née en 1989, prend progressivement en charge la commercialisation, tandis que son frère Hugo, né en 1991, est responsable de la viticulture et de l’œnologie. Antoine, né en 1996, est passionné par les animaux et la nature. Avec son cheval de trait, il cultive une partie du vignoble en bio. Potager, vergers anciens, et basse-cour font maintenant partie des activités complémentaires de la maison Drappier. Le domaine est aujourd’hui accrédité « Carbone Neutre ».